Eckhart Tolle, extrait de Nouvelle Terre. 

La vie s'assure toujours que vous ne pouvez pas vous leurrer pendant trop longtemps quant à votre véritable identité : elle vous montre ce qui importe vraiment pour vous. La façon dont vous réagissez aux gens et aux situations, surtout quand les défis sont de taille, est la meilleure façon de voir à quel point vous vous connaissez ou pas.
Plus la vision que vous avez de vous même est limitée et étroite, plus vous remarquez les limites et l'inconscience des autres, et y réagissez. Vous faites de leurs défauts, ou de ce que vous percevez comme étant leurs défauts, leur identité. Ceci veut dire que vous voyez seulement l'ego en eux. Ce qui renforce par conséquent l'ego en vous. Au lieu de voir les autres par le prisme de leur ego, vous ne voyez que leur ego. Et qui regarde leur ego ?
L'ego en vous.
Les gens très inconscients font l'expérience de leur propre ego quand ce dernier leur est reflété par l'ego des autres. Quand vous réalisez que ce à quoi vous réagissez chez les autres se trouve également en vous (et parfois seulement en vous), vous commencez à prendre conscience de votre propre ego. A cette étape, vous pouvez aussi réaliser que vous faisiez aux autres ce que vous pensiez que les autres vous faisaient. Alors, vous arrêtez de vous percevoir comme une victime.
Dites vous bien que vous n'êtes pas l'ego. Alors, quand vous devenez conscient de l'ego en vous, cela ne veut pas dire que vous savez qui vous êtes. Cela veut dire que vous savez qui vous n'êtes pas. Et c'est justement en sachant qui vous n'êtes pas que saute le plus grand obstacle vous empêchant de vous connaître véritablement.
Personne ne peut vous dire qui vous êtes. Ce ne serait qu'un autre concept, qui ne vous changerait en rien. Qui vous êtes ou ce que vous êtes n'a besoin d'aucune croyance. En fait, toute croyance est un obstacle. La réalisation de ce que vous êtes n'est à la limite pas nécessaire puisque vous êtes déjà ce que vous êtes.

Eckhart Tolle, extrait de Nouvelle Terre.

Écrire commentaire

Commentaires: 0